RDV SUR INTERNET CONSEILLE POUR LES CONSULTATIONS NON URGENTES
21/11/19 * 18:12

Dr Daniel Beaulieu
107, avenue de la Résistance
93340 Le Raincy
tél. 01 43 01 90 80

©Aquarelle de Daniel Beaulieu

Dr Daniel Beaulieu

VEINES # veines : 3 ~ samstutz ~ 22:34 * 18/09/10
PHLEBITE ET VOYAGE

Mythe ou réalité.

Trois facteurs, associés ou non, sont à l'origine de la phlébite ou thrombose veineuse profonde : la stase veineuse, l'hypercoagulabilité sanguine (contenu) et l'altération de la paroi veineuse (contenant) (déjà décrit par Virchow en 1858) . Ces trois paramètres sont toujours d'actualité et expliquent parfaitement la survenue d'une phlébite au décours d'un voyage. */chapo*
RECOMMANDATIONS AVANT UN LONG VOYAGE:
- Hydratation : un litre d'eau pour 6 heures de vol, idem en voiture ou en bus.
- Proscrire l'alcool durant le voyage. En provoquant un état de somnolence, l'alcool ne favorise pas la déambulation et de plus, il a un effet diurétique.
- Lutter contre la stase veineuse : déambulation toutes les deux heures dans l'avion, stop toute les deux heures en voiture ou en car et déambulation.
- En avion, faire des mouvements de flexion extension des chevilles, 15 toutes les 2 heures, de manière à activer la pompe musculaire du mollet et réduire la stase veineuse.
- Porter des vêtements amples et confortables
- En absence d'antécédents veineux : port systématique de mi bas de contention de classe I.
- En cas d'antécédents veineux : port de mi bas de classe II.
- Pour les patients présentant un antécédent de phlébite : une injection d’Héparine avant le départ peut être proposée.
- Aucune étude n'a prouvé l'efficacité de l'aspirine dans ce contexte.


*chapo*Plus de 600 millions de personnes voyagent en avion chaque année, beaucoup plus effectuent de long voyages en voiture ou en car, toutes ne font pas de phlébite à leur arrivée. Mais, il faut remarquer qu'en fait le voyage peut être un facteur déclenchant, à prendre en compte durant les trois semaines qui suivent. Ferrari, dans une étude cas-témoin, retrouve un voyage récent de plus de 4 heures, chez 30% des sujets hospitalisés ayant présenté une embolie pulmonaire ou une phlébite.
En 2001, Scurr publie dans le Lancet une √©tude montrant le r√īle d√©terminant de la contention √©lastique dans la pr√©vention de phl√©bite lors d'un voyage en avion. L'√©tude de Scurr est plus que d√©monstrative √† ce sujet. Son √©tude, comparative, est faite chez des passagers effectuant un vol longue distance, avec deux sous populations, une avec mi bas de contention et l'autre sans. Les conclusions se passent de tout commentaire : chez les patients non porteurs de contention, une phl√©bite surale, symptomatique ou non, a √©t√© retrouv√©e dans 10% des cas en √©chodoppler, alors qu'aucune phl√©bite asymptomatique n'a √©t√© retrouv√©e chez ceux avec contention.


Au total, les voyages forment toujours la jeunesse, occupent le 3√®me et le 4√®me √Ęge. Le spectre d'une pathologie induite ne doit pas √™tre un obstacle, sous couvert de mesures pr√©ventives efficaces, simples peu co√Ľteuses, comme la contention √©lastique, mesure pr√©ventive num√©ro 1 et valid√©e.

Profitez au mieux de vos vacances en suivant ces quelques recommandations.



IMPRIMER L*ARTICLE

Mentions L√©gales ~ ©beaulieu.at ~ Gestion de contenu : Colibrix v6 ~ Hubert Plisson 2017
nws
REALISATION NAUCELLE WEBSITE
CSS Valide !
0.016034